letransfertpellicule

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Transfert par projection

Envoyer

Préambule
J'avais 15 minutes de pellicule Super-8 de mes enfants, tournées dans les années 80, qui ne pouvaient plus être projetées, mon projecteur étant HS. En 92, je les avais  transférées une première fois en filmant leur projection sur écran, avec une caméra S-VHS Panasonic. La vitesse de projection étant légèrement réglable, je l'avais ajustée pour supprimer au maximum les fluctuations de luminosité. Le film récupéré était un peu bleuté et un peu accéléré, mais j'étais très content de pouvoir visionner mes quelques films sur des K7 S-VHS, qui n'avaient rien à envier aux transferts réalisés par certains labos professionnels.

Quand ma Panasonic S-VHS a commencé à donner des signes de faiblesse, j'ai décidé d'acheter une caméra miniDV. Je souhaitais en premier lieu convertir toutes mes K7 S-VHS PAL en DVD, et pourquoi pas re-transférer mes films Super-8.
J'ai choisi une caméra miniDV grand public avec:
- une sortie et une entrée IEE1394/DV, pour pouvoir archiver mes montages vidéo sur K7 miniDV (en plus des DVD);
- une entrée analogique PAL, pour y connecter mon ancien caméscope S-VHS, et convertir toutes mes K7 S-VHS;
- et quelques réglages manuels: mise au point, balance des blancs, vitesse d'obturation, verrouillage de l'iris.

Je souhaitais transférer une nouvelle fois mes Super-8 avec ma nouvelle caméra miniDV. Je me suis vite rendu compte qu'il était très difficile de trouver un projecteur en bon état de fonctionnement.
Le seul projecteur que j'ai trouvé, en prêt, était un modèle hyper-simple à moteur 220V alternatif universel. La vitesse, bien qu'étant réglable par un rhéostat de puissance, n'avait pas de régulation. Très vite, je me suis aperçu qu'à chaque collage de la pellicule j'avais un décrochage de vitesse.
Ce matériel étant en prêt, il était impensable d'envisager une modification profonde de la mécanique ou de l'électronique. J'ai donc réalisé un montage provisoire, facilement démontable.
J'ai commencé par filmer une projection à 16.67 i/s sur écran,mais constatai qu'avec ce projecteur il était impossible de maintenir une vitesse stable. Le transfert était minable, car en plus de la fluctuation lente de luminosité et des sauts d'image à chaque imperfection ou collage du film, il y avait sur le DVD final un léger scintillement désagréable en lecture sur TV. Ce défaut n'apparaissait pas en lecture du DVD sur PC.
A force de tests, j'ai trouvé plusieurs solutions pour supprimer le scintillement. Mais seule l'utilisation de l'effet "Supprimer le scintillement", dans Adobe Premiere Elements 1.0, m'a permis de supprimer le scintillement sans perte de qualité.
Au vu des problèmes rencontrés ci dessus, je décidai alors d'effectuer un transfert image par image, avec ce même projecteur en attendant d'en trouver un autre.

Transfert image par image

Avantages: Chaque image Super-8 est capturée dans un fichier BMP ou JPG séparé, qui peut être traité (individuellement ou par lots) avec les logiciels courants de retouche photo (colorimétrie, recadrage, nettoyage etc...); on peut utiliser pratiquement tous les types de projecteurs en service; il suffit de fabriquer un dispositif qui arrête le moteur au passage de chaque image.
Inconvénients: On ne peut pas récupérer le son des Super-8 sonores en même temps que l'image; le transfert est très lent; le volume occupé sur le disque est gigantesque; il faut utiliser un logiciel de montage et insérer plusieurs milliers d'images pour en faire un AVI ou un DVD; le fait que l'on ait 18 images par seconde, et non 25, conduit obligatoirement à un ralenti de 72%.
A la suite de mes tests, j'ai contacté Paul GLAGLA et lui ai expliqué ma méthode de transfert Super-8 vers un fichier AVI-DV. Il a eu la gentillesse d'ajouter plusieurs nouvelles fonctions à son logiciel CaptureFlux. Celle qui nous intéresse au premier chef est la possibilité de capturer image par image, non plus dans des fichiers BMP ou JPG indépendants, mais directement dans un fichier AVI-DV. Il est très facile ensuite d'importer ce dernier dans le logiciel de montage de son choix.

Je décidai alors de réaliser un transfert image par image en utilisant le logiciel de capture CaptureFlux de Paul GLAGLA.
Le déclenchement de la capture se faisant par clic de souris, j'ai donc modifié une souris et installé un contact de déclenchement sur le projecteur.

Vous trouverez toutes les explications et photos dans ce document pdf que j'ai écrit à l'époque.
J'y explique aussi la méthode de transfert par projection. Le principe est simple: j'arrête le moteur du projecteur après le déplacement de chaque image, et je capture l'image directement sur le PC. Si j'avais eu un projecteur à fort couple à très faible vitesse, je n'aurais pas eu besoin de faire tourner aussi vite le moteur puis de le stopper pour la capture. JeanLuc92 explique justement son transfert image par image sans arrêter le moteur ICI.

Transfert par projection sur un écran:

Transfert par projection

Cette méthode a l'inconvénient d'être très lente. La capture est restée fiable pour le transfert d'une à deux images par seconde. Pour une bobine de 3 minutes, il faut donc 27 minutes si tout va bien (18x60=1080 images/minute)
Ensuite, il faut importer toutes ces images dans un logiciel de montage pour en faire un fichier AVI, et réaliser le montage proprement dit.
Voici un exemple de transfert en WMV (2.5Mo) avant correction colorimétrique. Ce fichier a été compressé pour pouvoir être lu sur le net; l'original est de meilleure qualité.
On voit que cette méthode a aussi l'inconvénient de ne pas donner une luminosité homogène sur toute la surface de l'image. Son centre est plus lumineux que ses contours. Et l'image est légèrement déformée en trapèze.
C'est à ce moment là que j'ai commencé à rechercher sur le net s'il y avait d'autres méthodes de transfert décrites.
Voici ma première intervention sur le Forum du repaire ; vous y trouverez tout mon cheminement. Il y a plus de 30 pages à lire, mais si vous les lisez à partir de la première, le transfert Super-8 n'aura plus de secrets pour vous. A lire impérativement aussi, les sites super8toDV et  Fiston production pour la technique. Sur ce dernier, vous trouverez des exemples de transfert optimal par projection.

 

 

Visiteurs en ligne

Nous avons 35 invités en ligne

Connexion