letransfertpellicule

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Transfert à 16.67 i/s

Envoyer

Quelle que soit la méthode optique de capture de l'image, il est nécessaire de modifier le projecteur pour qu'il fonctionne à 16,66 images/secondes s'il a un obturateur trois pales, ou 25 images/secondes s'il est équipé d'un obturateur bi-pales. Un autre méthode par synchronisation avec le caméscope a été mise au point par jcgrini et JeanClaude92.

Voir Transfert synchrone à 25 i/s.

En outre, la boite à lumière doit être modifiée pour permettre la capture de l'image. L'ampoule ne doit pas dépasser 20 Watts et il est nécessaire d'intercaler un diffuseur de lumière :

Diffuseur sur Eumig
On peut trouver dans des magasins de bricolage des plaques de plastique translucide d'environ 3 mm d'épaisseur, très efficaces pour réaliser le diffuseur de lumière. Une seule épaisseur suffit pour obtenir une répartitions homogène de l'éclairement.

Il faut privilégier un caméscope permettant la correction de l'exposition. En effet, la dynamique d'un film argentique (rapport entre les parties claires et les parties sombres) est bien plus élevée sur un film argentique que sur une image vidéo. Il en résulte assez fréquemment une surexposition des zones claires de l'image, où tous les détails disparaissent. Ce phénomène joue aussi pour les zones sombres, mais il est moins gênant. Sur les caméscopes qui le permettent, il faut sous-exposer l'image de 1 à 1,5 diaphragmes et rattraper au montage cette perte de luminosité en augmentant le gamma de l'image, quitte à réduire ensuite la luminosité.

La plupart des caméscopes ne proposent malheureusement que des options pré-programmées. Dans ce cas, on choisira, si elle existe, l'option "Projecteur", destinée à l'origine à filmer des sujets éclairés très fortement par des spots, et qui correspond à une sous-exposition d'environ un diaphragme.

Il est préférable de régler la mise au point en manuel, car l'autofocus ne réagit pas toujours très bien aux changements brutaux de luminosité qui sont fréquents sur les films argentiques.

La vitesse d'obturation sera réglée de la manière suivante : sur le 1/50° avec un obturateur tri-pale à 16,66 images/secondes,sur le 1/50° avec un obturateur bi-pale à 25 images/secondes, sur le 1/25° (ou 1/75° si le caméscope le permet) avec un obturateur tri-pale à 25 images/secondes. Si l'on constate de légers battements lumineux, en raison d'une vitesse de projection instable ou mal réglée, on peut utiliser une obturation au 1/25° (fonction SLOW SHUTTER sur certains caméscopes) dans les deux premiers cas.

En ce qui concerne la balance des blancs, la solution la plus simple consiste à la régler sur "intérieur", ce qui correspond à peu près à la température de couleur de l'ampoule halogène montée sur le projecteur.Il faudra toutefois corriger au montage les inévitables dominantes qui apparaissent sur les films argentiques, souvent en raison du vieillissement du support, ou parfois de l'oubli du cameraman de mettre en place le filtre pour la prise de vue en extérieur.

 

Visiteurs en ligne

Nous avons 10 invités en ligne

Connexion